dessins animés en ligne
Pato Donald
Anglais

DONALD DUCK

Paperino

Fan art de Donald Duck dessiné par Gilp
Donald Duck à Walt Disney

Titre original: Donald Duck
Auteurs:
Albert Hurter, Art Babbitt, Al Taliaferro, Dick Lundy, Walt Disney
Production: The Walt Disney Company
Editeur: The Walt Disney Company

nation: États Unis
Année: 9 juin 1934
genre: Comédie, Comédie, Aventure
Âge recommandé: Pour tout le monde

Se Mickey Mouse est apparu dans le monde de la bande dessinée en 1930, quatre ans plus tard, en 1934 un personnage est né destiné à un succès tout aussi chanceux: Donald Duck, qui en Italie a été renommé avec le nom de Pauline Donald Duck ou plus simplement Paperino. C'est un canard, (un Donald Duck précisément) créé par Walt Disney et créé graphiquement par Ub Iwerks, mais c'est grâce à l'excellent designer Al Tagliaferro que Donald a acheté ce signe graphique, drôle et caractéristique qui a contribué à rendre les bandes de l'époque très drôles et hilarantes. Donald porte toujours un costume de marin bleu, avec des boutons dorés, et un chapeau qui caractérise son visage. Donald a d'abord servi d'épaule à Mickey Mouse, mais bientôt Walt Disney il a réalisé qu'un personnage avec ces potentiels méritait une tête à lui, avec des histoires qui devaient le voir comme le protagoniste incontesté. C'est arrivé et Donald Duck continue aujourd'hui de divertir les adultes et les enfants avec ses histoires très belles et aventureuses. PaperinoLe succès de Donald Duck est principalement dû à son tempérament, diamétralement opposé à celui de Mickey Mouse, qui représente un peu les défauts de chacun de nous, en fait c'est un maladroit, un fauteur de troubles, méchant, irascible, têtu, paresseux, lâche, mais il fait de son mieux toujours en trouvant une solution qui évite un peu d'effort, parfois il réussit, mais d'autres fois il rencontre une mer d'ennuis, se compliquant un peu sa vie, surtout parce qu'il est hanté par un malheur terrible et proverbial.

Donald Duck était le protagoniste de nombreux courts métrages d'animation et la plupart du temps, les histoires avaient pour fonction de rehausser les caractéristiques de sa personnalité. En fait, les histoires qui voient le Donald en colère lutter avec ses ennemis de tous les temps sont très drôles: Chip and Dale, deux écureuils innocents qui gâchent ponctuellement les sorties organisées par Donald Duck. Mais le film d'animation le plus important qui voit Donald Duck jouer avec Josè Carioca est sans aucun doute "Les trois Caballeros"un film de 1944 se déroulant en Amérique latine. En 1937, Donald fut rejoint par trois personnages qui ajoutèrent une pincée d'aventure à la comédie des histoires, il était entouré de trois petits-enfants très intelligents et intelligents: Huey, Dewey e Louie, qui en Italie ont été renommés avec les noms de Huey Dewey LouieIci, Quo et Qua. Au départ, ces petits-enfants, un peu comme Tip and Tap envers Mickey Mouse, aimaient combiner blagues et taquineries à leur pauvre oncle, qui, exaspéré, se déchaînait et qui finissait toujours par faire beaucoup de problèmes, plus que tous les neveux réunis. . Plus tard, ils se sont révélés être un soutien très précieux envers Donald Duck, capables de sortir son oncle de situations très compliquées, grâce à leur ingéniosité et leur intuition. Les trois font également partie du corps des volontaires de la Jeunes marmottes (sorte d'association scoute) dirigée par le Grand Mogol et quand ils se trouvent en difficulté, ils consultent leur inévitable "Manuel", source d'idées très riches et de nombreuses ressources pour résoudre des situations techniques complexes.Paperino vit dans une petite maison avec jardin dans la ville de Duckburg et s'arrange pour faire mille boulots du pompier à la sorbetière, du charmeur de serpents au poissonnier etc ... Il voyage avec une machine de style "Cabriolet" rouge et bleu numérotée 313, grâce à laquelle il s'aventure dans des situations et des histoires à couper le souffle qui exciter et divertir les lecteurs. Cependant, c'est après la Seconde Guerre mondiale que d'autres beaux personnages ont été ajoutés à la famille des canards, tous magnifiquement caractérisés par Walt Disney. En 1947, grâce au nouveau et talentueux designer Carl Barks, Walt Disney a donné vie à de nombreux personnages parmi lesquels sans aucun doute les très riches et les très avares excellaient. L'oncle de Donald: Oncle Scrooge, qui en Italie s'appelait Paperon de Paperoni (par Mario Gentilini, le directeur de Mickey Mouse).

Oncle Scrooge
Fan art de l'oncle Scrooge dessiné par Gilp

C'est un homme riche qui vit dans un refuge appelé "Le Dépôt" contenant tellement d'argent qu'il faut le compter avec une unité de mesure tout à fait exceptionnelle: le milliard de milliards. Tout cet argent remplit 90% du dépôt et le passe-temps préféré de l'oncle Scrooge (c'est ainsi qu'il est appelé par Donald et ses neveux) est de plonger dans cette mer de pièces d'or, grâce à un trampoline, mais seulement lui est capable de plonger comme ça, en fait toute autre personne risquerait de se cogner la tête et de se blesser gravement. Lors de ses "nages" il adore répéter "j'aime nager avec de l'argent, comme un poisson baleine, creuser des tunnels comme une taupe et le jeter sur ma tête comme une douche!". Scrooge McDuckL'oncle Scrooge est terriblement avare et aime accumuler de l'argent sans dépenser un centime, ni pour lui ni pour Donald Duck et Qui, Quo, Qua, en effet il ne manque jamais une occasion de les exploiter et de les impliquer dans des situations et des aventures qui devraient jouer en sa faveur, les trompant avec le promettez de gagner de grosses récompenses une fois la mission terminée. Bien qu'ils sachent très bien que cela n'arrivera pas et qu'ils se méfient grandement des promesses de leur oncle, Donald et ses neveux ont un cœur tendre et sont souvent catapultés dans des situations sans même s'en rendre compte. Oncle Scrooge aime souvent raconter à ses neveux ses aventures dans le Klondike, alors qu'il était encore un pauvre chercheur d'or et qu'il devait se défendre des voleurs et des escrocs de la pire espèce. Il aime toutes les pièces de son dépôt de la première à la dernière, comme si c'étaient ses filles qu'il appelle «le sang de mon sang», mais celle qui lui tient le plus à cœur est définitivement «numéro un», c'est-à-dire sa première pièce porte-bonheur. , grâce à quoi tous les autres sont venus plus tard. Cette pièce est visée par une sorcière qui a identifié son grand pouvoir magique, c'est Amelia la sorcière qui amalia (Magica De Spell dans l'original américain), un canard habillé de noir, aux longs cheveux noirs qui il vole à bord d'un balai et possède des pouvoirs hypnotiques. L'oncle Scrooge sait cependant se défendre de ces arts magiques et souvent quand il voit la sorcière voltiger sur son dépôt, il lui tire dessus avec un vieil arquebus sur la terrasse. Oncle Scrooge a toujours été distingué par une paire de favoris qui encadrent son visage et une paire de lunettes sur son bec, il porte toujours une redingote, des guêtres, un chapeau haut de forme et une canne. Grâce à Carl Barks, qui en plus de la création graphique de nombreux personnages, a également écrit des histoires hilarantes, plusieurs chefs-d'œuvre comiques ont été créés tels que: «Donald et le gorille», «Donald et le mystère des Incas», «Donald et le temps qui était "," Oncle Scrooge et la gemme Anathema ". RockerduckSi Donald incarne les vices et les vertus de l'homme moyen, l'oncle Scrooge représente le capitaliste typique, prêt à exploiter le travail des autres sans les payer adéquatement, même s'il faut reconnaître un sens inné des affaires et quand il sait qu'il peut doubler, il n'hésite pas. Son raisonnement avare amuse beaucoup, comme sa maxime par excellence: «le temps, c'est de l'argent». Malgré tout, l'oncle de Scrooge Donald est très gentil car il est sincère et franc dans ses défauts qu'il ne cache pas derrière un doigt. L'un de ses ennemis les plus acharnés est Rockerduck, un homme riche en second lieu seulement à lui en montant d'argent. Il est son rival en affaires et les deux sont souvent en concurrence lorsqu'il s'agit d'aborder une certaine entreprise.

Souvent, dans leurs aventures, l'oncle Scrooge et Donald Duck pour défendre le trésor du dépôt recourent aux inventions de leur parent inventeur: Gyro Gearloose qui en Italie s'appelait initialement du nom de Giro Ruotalibera, mais qui a ensuite été rebaptiséArchimède Pythagore Archimède Pythagore, sorte de chouette grande et élancée, caractérisée par des cheveux blonds, un chapeau vert et une paire de lunettes sur le bec. Cet extraordinaire inventeur, cousin de Donald Duck, parvient à nous étonner avec ses machines ingénieuses et de science-fiction qui défient parfois les lois de la physique et des mathématiques, parvenant à catapulter les personnages même en arrière dans le temps ou dans l'espace. Il est toujours accompagné d'un petit robot à tête d'ampoule nommé Edy. Cependant, la plupart du temps, Archimède doit inventer des dispositifs capables de décourager les initiatives des Banda Bassotti (dans American Beagle Boys), une bande de voleurs irréductibles qui tentent de mille façons d'entrer dans le gisement pour voler l'argent de l'oncle Scrooge, souvent et volontairement dirigé par le chef du groupe: grand-père Teckel, identique aux autres teckels, à la seule exception d'une barbe blanche et d'une pipe. Les teckels sont représentés graphiquement comme des bandits masqués avec des numéros d'identification de prison (176-176, 176-671, 176-761 et 176-617), brodés sur leurs pulls rouges.Les teckels Très souvent, ils sont dissuadés dans leurs initiatives par les milliers d'antivols électroniques de l'entrepôt ou par les coups de canon de l'oncle Scrooge et la conclusion de leurs aventures, presque toujours vouées à l'échec, est d'être enfermé en prison et de pleurer comme des enfants. Mais si d'un côté l'oncle Scrooge représente l'avarice, Qui, Quo, Qua l'esprit, Archimède l'esprit et Donald Duck le malheur, il y a un autre canard qui représente la chance à tous égards, on parle bien sûr de Gastone ( Gladstone dans l'américain original) le très chanceux cousin de Donald, qui ne manque jamais une occasion de faire étalage des privilèges dont il jouit grâce à la chance du tirage au sort, qui met le malheureux Donald en colère. Gastone est beau, riche et élégant et peut même ne pas travailler car il lui arrive souvent de trouver un portefeuille dans la rue ou de gagner une riche loterie. Daisy DuckAinsi que pour Mickey Mouse Minnie existe, même pour Donald Duck il y a une éternelle petite amie et c'est tout Daisy Duck (Daisy Duck), un canard qui se distingue par un grand arc sur la tête et des cils longs et épais. Elle est très gentille, mais elle peut aussi être très colérique surtout quand Donald combine l'un des siens, elle est douée d'un grand sens pratique et comme toutes les femmes, elle parvient toujours à obtenir ce qu'elle veut, quand elle fait de son mieux. Comme Donald Duck, il a trois petites-filles qui sont les alter ego de Qui, Quo et Qua, avec lesquels ils sont souvent et volontairement en concurrence, leurs noms sont Emy, Evy et Ely.Grand-maman canardComme dans de nombreuses familles, même dans celle des canards il y a une grand-mère, c'est ça Grand-maman canard (Grandma Duck), qui se distingue par un chignon épais et une paire de verres rectangulaires qu'elle tient sur son bec, est célèbre pour ses délicieux gâteaux et pour ses délicieux déjeuners qu'elle cuisine dans sa maison de campagne où elle dirige une ferme.PaperogaEnsuite il y a Paperoga, un cousin paresseux et distrait, toujours la tête dans les nuages, portant un pull et un bonnet rouge et des cheveux longs et minables. Mais tout comme Pippo peut se transformer en Super-Goofy, Donald a aussi un alter ego masqué, dont la mission est celle du bourreau masqué, qui vole les riches pour donner aux pauvres, on parle bien sûr de Paperinik, né en 1969 de l'imagination d'Elisa Penna. Cependant, tout le monde ne sait pas que Paperinik est donc un personnage italien, il n'a donc pas été créé par Disney et Carl Barks. Elisa Penna s'est inspirée des nombreuses parodies sur Diabolik qui ont fait rage dans les années 60 ("Totò Diabolicus", "Dorellik" etc ...).

Paperinik
Fan art Paperinik conçu par Gilp
Paperinik Walt Disney

Bien que son inspiration soit Diabolik, Paperinik est un mélange de nombreux personnages tels que Batman, Zorro, Arsenio Lupin etc ... Tout commence lorsque Donald Duck remporte par erreur Villa Rose, l'antre de l'ancien gentleman voleur Fantomius (clairement inspiré du célèbre voleur aux mille déguisements Fantomas), venant à connaissance, à travers un journal, de tous les secrets et astuces du voleur. Il demande l'aide d'Archimède, qui ignorant tout, aide à créer l'abri souterrain, sous la maison de Donald et de nombreuses petites inventions utiles au héros masqué, y compris les différents masques pour les nombreux déguisements (tout comme Diabolik). Vêtu d'une combinaison, d'une cape et d'un masque noir, porte une paire de bottes à ressorts qui lui permettent de faire des sauts prodigieux, utilise différents pistolets aux propriétés différentes (rayons parallélisateurs, hypnotique etc ....) et possède de nombreux gadgets qui lui permettent de grimper, voler, télécommander etc ..., la machine 313 elle-même peut devenir une fantastique voiture volante. Les aventures de Paperinik le voient comme le protagoniste de son propre journal appelé PK, dont les aventures et les intrigues diffèrent grandement de celles originales du personnage. D'autres personnages qui font partie du monde des canards sont: Pico de Paperis, un parent scientifique, Ciccio l'aide de Grandma Duck, Brigitta l'amante folle de Scrooge Scrooge, Duck YeYe le très gentil adolescent, Moby Duck le marin et le porpi dauphin, fil géant et bien d'autres qu'il serait impossible de tous les énumérer. Parmi les nombreux auteurs et designers qui ont contribué au succès italien de Donald Duck, on se souvient de Giovan Battista Carpi, Romano Scarpa, Claudio Cavazzano, Bruno Pezzin et bien d'autres.

Voici le synopsis de quelques dessins animés de Donald Duck de 1934 à 1949

La poule sage
«La poule sage» de 1934 (titre original The Wise Little Hen) est le premier court métrage dans lequel apparaît Donald Duck, le personnage drôle et désordonné de Walt Disney. La mère poule sort du poulailler et appelle ses nombreux poussins bruyants pour l'aider à semer le maïs. Le travail étant exigeant et fatigant, la petite poule a l'idée de demander à sa voisine Meo Porcello de l'aider. Elle va vers lui et le trouve déterminé à danser et à jouer. Après quelques plaisanteries, la Gallinella lui expose son idée, mais Meo Porcello, paresseux et apathique, ne veut absolument pas travailler et il répond donc qu'il a de graves maux de ventre et s'enfuit pour se réfugier dans sa petite maison. La pauvre poule, bien qu'abattue pour ce refus, ne perd pas courage et, après avoir appelé ses poussins, s'en va sous le regard de Meo Porcello qui l'observe en secret. Arrive ainsi chez un autre voisin Donald, qui est également occupé à danser et chanter sur son petit bateau. Les deux se saluent à l'amiable et la petite poule lui demande également de l'aide pour les semailles. Mais même Donald, dès qu'il se rend compte qu'il doit travailler, feint un mal d'estomac douloureux et s'éloigne de son voisin en se cachant dans le bateau. Alors Mère Chioccia, laissée seule et sans l'aide de ses voisins menteurs, s'en va sans le vouloir. Il semble que la petite famille doive se débrouiller toute seule et en fait les joyeuses poussins commencent à préparer le terrain, labourant le champ avec des outils improvisés et sous l'œil vigilant de la mère qui ne manque certainement pas de bonne humeur. Le maïs est semé et le travail est terminé. Mais les deux voisins refusent une fois de plus de l'aider et la poule découvre que le mensonge décide de se venger. Il prépare des gourmandises et des gourmandises de toutes sortes avec le blé récolté et promet de les donner à Meo et Donald Duck. Mais en réalité, les deux ne trouveront que de l'huile de ricin dans le panier pour soigner leurs maux d'estomac.

Le concert du groupe
Dans «Il Concerto Bandistico» de 1935, Donald Duck est en compagnie de toute la joyeuse brigade de Walt Disney, dont Mickey Mouse qui dirige un groupe drôle et bruyant lors d'une fête de rue colorée. Orazio, Clarabella, Pippo et bien d'autres sont engagés avec leurs instruments dans l'exécution de Guglielmo Tell de Rossini et Topolino ne lutte pas un peu pour mettre tout le monde d'accord. Donald vend de la crème glacée avec son chariot et entend le groupe jouer, il sort sa flûte et commence à jouer aussi. Il monte sur scène mais en interprétant une autre mélodie, il confond le groupe et exaspère Mickey Mouse qui casse sa flûte. Mais le maladroit Donald a une autre flûte dans sa manche et recommence à jouer. Entre des gags hilarants, le canard continue de faire des ravages parmi les musiciens qui essaient par tous les moyens de le faire sortir de la scène. Mais il ne veut tout simplement pas s'arrêter. Pour compliquer la situation, une abeille arrive aussi qu'après avoir ennuyé Donald Duck arrive au milieu du groupe qui, pour le chasser, ils combinent toutes les couleurs, y compris Mickey Mouse qui avec sa baguette commence à faire d'étranges mouvements, interprétés par les musiciens qui créent un mélodie bizarre. Mais les mésaventures ne sont pas terminées. En fait, une tempête arrive avec un tourbillon qui emporte tout sur son passage. Y compris le groupe qui continue pourtant de jouer dans les airs, sous la direction de Mickey Mouse. Au final les musiciens débarquent violemment et il y a toujours Donald Duck avec sa flûte pour les accueillir. La colère de toute la bande lui tombe dessus et lui jette tous les instruments maintenant battus.

Donald Duck et Pluton
Le court métrage de 1936, intitulé "Donald Duck et Pluton" voit l'adorable canard de Walt Disney engagé dans un travail acharné en tant que plombier. Cette fois, ses propres outils de travail le gênent. En fait, il doit faire face à des marteaux et des tuyaux qui fuient et pour compliquer la situation, un autre épisode se produit: son chien, Pluton, avale un aimant. Naturellement à ce moment-là tous les objets métalliques seront attirés par Pluton qui s'énerve d'abord puis, après avoir attiré tous les pots, prend peur et tente de s'échapper. La situation s'aggrave lorsque Pluton attire un réveil qui, avec son bruit, terrifie le pauvre chien qui, dans une tentative de fuite, continue de combiner, malgré lui, d'autres troubles. Cela cause également des dommages à Donald puisque le chien attire également tous ses outils. Le dessin animé se poursuit avec une succession de situations amusantes qui impliquent à la fois Pluton et Donald qui, la plupart du temps, ont le pire. Après une chute désastreuse de l'escalier, l'aimant parvient à sortir du corps du chien, va cependant bloquer le pauvre Donald Duck. Pluton peut se calmer et profiter de son os tout en démontrant toute sa gratitude à son maître par un coup de langue sonore.

Don Donald Duck
Dans «Don Donaldino» de 1937, nous trouvons le joli Donald Duck avec un graphisme plus proche du moderne. Cette fois, il joue le rôle d'un mexicain, avec un poncho et un sombrero, qui, à califourchon sur son âne, est bien décidé à aller chercher sa belle petite amie Daisy. Dès qu'elle le voit arriver, elle descend de son balcon et improvise une danse sur l'accompagnement de la guitare de Donald Duck. Alors elle grimpe sur l'âne mais est presque immédiatement éjectée, provoquant l'hilarité de son petit ami imprudent. Daisy, en fait, se met très en colère pour ce qui s'est passé et une violente querelle s'ensuit entre les deux qui culmine avec la chute de Peperino dans une fontaine. Daisy s'en va très en colère et s'enferme dans la maison. Peperino le sort d'abord sur l'âne, puis voit un concessionnaire automobile et une idée lui vient à l'esprit. Pour se faire pardonner par sa bien-aimée, il troque l'âne avec le mythique 313 et passe sous son balcon. Daisy lui pardonne immédiatement, monte dans la voiture et les deux entament une course folle dans les rues du Mexique. Mais ils exagèrent tellement que la voiture s'arrête au milieu du désert et ne veut pas partir. Les deux amoureux recommencent à se quereller, donnant lieu à une série de gags amusants jusqu'à ce que Daisy Duck s'en va seule et en colère. Tout cela sous le regard amusé du petit âne qui s'était libéré et les avait suivis, jouissant de sa vengeance. Donald se retrouve ainsi sans moyen de locomotion en plein désert, avec seulement la compagnie de cactus.

Petits-enfants de Donald
«I Nipoti di Donald Duck» est un court métrage de 1938 dans lequel Qui, Quo et Qua apparaissent pour la première fois à l'écran. Les trois petits-enfants mignons sont envoyés par la sœur de Donald rendre visite à leur oncle. Leur arrivée est annoncée par une lettre et le pauvre Donald est très heureux car il ne sait toujours pas ce qui l'attend. Les trois arrivent turbulemment à bord de leurs vélos et se présentent à leur oncle. Ils se révèlent immédiatement très vifs et jouent chez Donald en brisant tout sur leur passage. Le pauvre homme cherche un moyen de garder les trois ravageurs tranquilles et dans un livre il lit qu'avec de la musique les enfants peuvent s'amuser tout en restant calmes. Il se met au piano et commence à jouer; soudain, les trois rejoignent leur oncle jouant de la trompette, de l'accordéon et de la basse. Mais la paix ne dure pas longtemps car Qui, Quo et Qua commencent à faire des farces à leur oncle jusqu'à ce qu'ils remplissent un ballon plein d'eau qui arrive directement sur la tête du pauvre Donald Duck. Les trois commencent à se quereller et Donald pour les faire arrêter les appelle à la table où une excellente friandise est prête. Mais les petits-enfants continuent à se quereller là aussi et il perd donc patience et les gronde en leur apprenant à prier avant de mettre la table et à se comporter poliment. Mais lorsque la prière est terminée, les trois se jettent tellement sur la nourriture qu'ils mordent même la main de leur oncle, qui semble vraiment désespéré. Il se met à pleurer pour attirer leur attention et les trois semblent vraiment désolés. Mais ce n'est que l'apparence car pour se faire pardonner ils préparent un gâteau, mais avec beaucoup de moutarde épicée. Donald est convaincu de leur repentir et l'accepte et commence évidemment à prendre feu. Les petits-enfants lui donnent de l'eau et finissent de détruire sa maison. Puis ils partent, le laissant seul dans les ruines.

Cousin de Donald Duck
Dans «Le cousin de Donald» (1939) alors que Donald s'apprête à s'asseoir à table pour un déjeuner copieux, son cousin Ciccio, toujours affamé, apparaît. Pour être reconnu, il lui remet une lettre de sa tante et Donald est heureux de l'accueillir dans la maison. Mais il se rend vite compte que la seule chose importante pour Ciccio est la nourriture. En effet, attiré par le parfum qui vient de la table, il se précipite dans la maison et consomme en quelques minutes tout ce que Donald avait préparé pour lui-même. Soupe, spaghetti, pain, beignets, thé, café, fruits, gâteaux, petits pois, tout finit dans l'estomac de Ciccio affamé et Donald, affamé, est contraint de chasser son cousin de la maison. Mais cela ne semble pas facile. Alors il lui propose un étrange hot-dog qui fait que Ciccio se comporte comme un chien. De cette façon, il parvient à le mettre hors de la maison. Mais pendant un moment parce que Ciccio rentre par la porte arrière et Donald Duck le trouve dans le frigo pendant qu'il dévore tout à l'intérieur. Pas seulement. Ciccio souligne également que l'heure du dîner approche. Donald à ce stade s'évanouit, désespéré. Elle ne pourra plus se débarrasser de lui!

Les vacances de Donald
Le court métrage "Donald Duck's Holidays", de 1940, commence avec notre sympathique protagoniste s'amusant sur un canoë, jouant de sa guitare et chantant joyeusement. En naviguant, cependant, il ne remarque pas de cascade et tombe à l'eau. Un peu mal! Il atteint facilement le rivage et trouve le bon endroit pour camper. Ainsi son canoë extravagant se transforme en une tente confortable avec toutes les dispositions nécessaires pour un séjour paisible. Donald a également un dernier modèle de transat, avec parasol et repose-pieds, tout juste acheté. Le problème sera de l'ouvrir. En fait, après de nombreuses tentatives, le pauvre Donald n'a pas encore réussi à le monter, en effet il se retrouve même dans le lac. Mais depuis son ouverture est désormais une question de principe, il met le tout sous le regard amusé de sympathiques écureuils. Finalement, il réussit et profite d'un repos bien mérité sous l'égide. Mais comme il n'y a jamais de paix, les écureuils attirés par la nourriture de Donald Duck et profitant de sa sieste, lui volent tout. Une à une les fournitures disparaissent avec des gags amusants des animaux. Donald est soudainement réveillé par tout ce mouvement. Mais le transat se ferme et il reste coincé pendant que les écureuils emportent toute sa nourriture. Devenu furieux il parvient à se libérer en poursuivant les petits voleurs, mais comme dans un bois il n'y a jamais d'ours, au lieu d'écureuils le malheureux Donald Duck attrape, sans s'en rendre compte, le museau d'un de ces animaux à fourrure. C'est à partir de la fourrure qu'il commence à comprendre qu'il a pris quelque chose de différent des petits animaux qu'il chassait. Et en fait, il se retrouve devant l'ours et s'enfuit terrifié. La poursuite à travers les bois crée des situations amusantes jusqu'à ce que Donald, courant aussi fort que possible, atteigne sa tente qui se transforme en canoë retraçant tout le chemin qu'il avait emprunté pour y arriver, y compris les cascades. Et donc, les vacances se sont mal terminées pour le pauvre Donald Duck!

Fais de beaux rêves Donald Duck
"Sogni d'oro Donald Duck" est un court métrage de 1941 qui raconte comment notre protagoniste s'apprête à s'endormir. En effet, en chemise de nuit et en calotte, Donald sort le lit de l'armoire et après avoir ôté ses pantoufles masse ses pieds fatigués et s'allonge sur le lit. Mais il se cogne la tête sur la tête de lit et avec déception il se lève, ajuste l'oreiller et se rendort. Mais cette fois, l'oreiller se brise, l'inondant de plumes. Donald, de plus en plus furieux, se rendort, mais cette fois pour troubler ses rêves, c'est le tic-tac du réveil, qu'il met dans le tiroir de chevet. Mais le réveil continue de vibrer et il est donc jeté d'abord contre le mur, puis par la fenêtre. En revenant cependant, elle est avalée par Donald dont cette fois il sera difficile de se débarrasser. En fait, il le sent d'abord dans son ventre puis dans ses fesses et fait tout pour l'éliminer jusqu'à ce qu'il touche le mur pour tenter de le casser. Et en fait, après divers hauts et bas, il parvient à recracher quelques boulons. Il revient satisfait dans son lit, mais peu de temps après c'est le lit qui lui donne du fil à retordre. Il se ferme comme un sandwich, emprisonnant le malheureux qui tente par tous les moyens de se libérer, puis les ressorts sortent de chaque endroit et, quand Donald Duck semble avoir vraiment réussi à tout arranger, l'alarme se déclenche car il est temps de se lever. Fais de beaux rêves!

Donald parachutiste
«Donald paratrooper (1942)» est un court métrage qui anticipe le thème de la guerre repris un an plus tard dans «Le visage du Führer. Donald est dans une base militaire, avec un uniforme officiel, mais son travail consiste à éplucher les pommes de terre pour la ration, alors qu'il voudrait vraiment voler sur l'un des avions qu'il voit passer à toute vitesse. Le sergent Gambadilegno le punit pour son inattention en lui donnant des tonnes de pommes de terre à éplucher, mais lui dit ensuite de venir le voir lorsque le travail sera terminé car il aurait réalisé son rêve. En quelques minutes, toutes les pommes de terre sont propres et Donald est avec le sergent. Ce dernier, après lui avoir bandé les yeux, lui fait passer quelques tests puis l'envoie dans un avion, après lui avoir fait porter un parachute. L'avion décolle et Donald est si heureux qu'il ne se rend pas compte qu'il s'est aligné avec les autres soldats pour sauter avec le parachute. Quand il s'en rend compte, il est pris de terreur et tente de remonter dans l'avion pendant que le sergent tente de le renverser; mais Donald est tellement accroché à lui qu'après un long combat, ils tombent tous les deux, emportant un missile avec eux. En tombant, ils détruisent la base militaire et, comme punition, ils sont mis à éplucher des pommes de terre.

Le visage du Fuhrer
"Le visage du Führer" est un dessin animé produit par Disney en 1943 pendant la Seconde Guerre mondiale avec une propagande anti-nazie claire. Le dessin animé commence par une marche musicale (qui sera ensuite en arrière-plan pour tout le court-métrage) et quatre personnages représentant les caricatures des quatre puissants Axe (Hitler, Hirohito, Mussolini et Goering) qui font partie du groupe qui entre en marche de mars dans un village allemand idéal. Hitler au trombone, Mussolini au tambour, Goering au fifre et Hiroito au grand cor, marchent vers une petite maison où dort Donald Duck qui est d'abord réveillé par un réveil avec des croix gammées au lieu de chiffres (omniprésents dans le carton parmi les plantes, les moulins à vent, les grilles) puis par une horloge à coucou qui explique l'aile dans le salut, comme le coq qui au lieu du classique "chicchirichì" dit "Heil Hitler". L'âne est convaincu de s'habiller sous la menace des baïonnettes d'abord et d'un seau d'eau froide alors, et se prépare à prendre le petit déjeuner. Furtivement, il prend un pot de café dans un coffre-fort (placé derrière un portrait d'Hitler) dont il extrait un grain de café et le trempe lentement dans une tasse avec de l'eau, puis prend un distributeur de parfum avec une essence de bacon à l'intérieur. et les oeufs et le vaporise dans son bec.A ce moment, Donald est pris par le quatuor et charge le tambour et Mussolini sur ses épaules pour aller travailler dans une usine où sont produites des munitions de divers calibres; La tâche de Donald Duck est de visser le percuteur de toutes les munitions circulant sur le tapis roulant; parfois une photo d'Hitler apparaît et Donald doit simultanément saluer l'image et visser le percuteur. Après avoir eu des "vacances de récompense" correspondant à l'apparition d'une bâche à l'image de la montagne, le rythme du ruban s'accélère jusqu'à ce que Donald devienne fou et que la munition prenne forme et vie, dans un tourbillon qui se termine par l'explosion de deux bombes avec Donald lui-même au milieu.

Donald et le gorille
"Donald et le gorille" (1944). Par une nuit sombre et pluvieuse, Donald écoute la radio avec ses neveux Qui Quo et Qua, lorsque l'annonceur annonce qu'Ajax, un gorille féroce, s'est échappé du zoo et prévient qu'il est un monstre cruel. Les petits-enfants sont terrifiés mais Donald se moque d'eux avec de gros gants en forme de patte. Les trois petits-enfants s'en rendent compte et étudient leur revanche: ils portent chacun une pièce différente (jambes, tronc et tête) d'un costume représentant un grand singe et prennent la place d'un fauteuil au moment où Donald est assis pour lire un livre. ; évidemment il ne remarque rien jusqu'à ce que sa sucette soit mordue par le faux singe et, s'enfuyant aussi blanc qu'un drap, fait éclater de rire les trois petits-enfants. Donald et les neveux, cependant, ne savent pas que l'Ajax est vraiment là et entre dans la maison pendant que Donald poursuit ses neveux avec le costume et les prend pour Ajax. A partir de ce moment, il commence une évasion d'abord avec les trois petits-enfants puis seul, jusqu'à ce qu'il entre en collision avec le vrai gorille, avec qui il entame une véritable chasse: d'abord le long d'une colonne, puis sur une échelle qui le catapulte au-dessus du grenier, escalier qui sert alors à Donald pour s'échapper d'Ajax lui-même. Tentant de s'échapper, le pauvre Donald se coince à la table, bloqué par Ajax lui-même et le supplie, dans un bain de sueur, de ne pas lui faire de mal. Il est sur le point d'être mordu lorsque les trois petits-enfants, ayant entendu à la radio que le seul moyen de l'apprivoiser était d'utiliser des gaz lacrymogènes, jetèrent une bouteille de gaz juste sous le nez d'Ajax, le faisant fondre en larmes. . Donald, voyant le singe pleurer comme ça, se met à rire aux éclats jusqu'à ce que le même gaz l'atteigne, le faisant pleurer aussi, embrassant tendrement Ajax, se mouchant dans le même mouchoir.

Donald Duck et la patience
Dans le court métrage «Donald et Patience» de 1945, Donald marche tranquillement dans la rue, fumant un gros cigare et faisant, avec les nuages ​​de fumée, deux gros cœurs transpercés car il pense à Daisy qui l'attend; quand elle le voit venir par l'allée du jardin, elle se précipite dans la chambre pour se parfumer puis lui ouvre la porte. Après un baiser électrisant, Daisy demande à Donald d'ouvrir une fenêtre et Donald commence son travail de démolition: la fenêtre se révèle en fait être une noix difficile à casser pour Donald qui, essayant de l'ouvrir, perd complètement son sang-froid, devenant rouge feu et commençant à se casser ce qui lui arrive. À la fin de sa fureur Daisy, très calmement, fait tourner la goupille de verrouillage et ouvre la fenêtre, grondant Donald pour la façon dont il s'est comporté et menaçant de ne plus sortir avec lui jusqu'au moment où il n'avait pas changé de personnage et était est devenu patient. Donald, par hasard, dans un journal ramassé dans la rue, il trouve une publicité pour une entreprise qui promet de se calmer avec un appareil spécial. Donald reçoit ce colis et n'a pas le temps de le déballer que l'appareil se présente immédiatement: c'est une machine d'offense: si Donald parvient à rester calme pendant les 10 prochaines minutes, alors on peut dire qu'il est guéri. Dans ce laps de temps, Donald souffre de toutes les couleurs, des coups sur la tête à la coupure des boutons de la veste, de la trompette à l'oreille à l'éclatement d'un réveil, mais finalement il parvient à obtenir le diplôme convoité; Il saute alors dans la voiture et court vers Daisy Duck qui le met aussitôt à l'épreuve et malgré les doigts écrasés par la vitre qui se casse alors sur la tête, Donald a toujours le sourire sur le bec. Daisy en est enthousiaste et court enfiler son chapeau pour sortir mais Donald dès qu'il la voit éclate d'un rire bruyant; Daisy à ce moment-là se met en colère et commence à baiser le pauvre Donald Duck.

Donald et le cadeau disparu
"Donald Duck et le cadeau disparu" (1946). Donald marche sur la neige dans les bois du Klondike en lisant une carte postale de Daisy qui «l'invite» à lui procurer un manteau de fourrure; Donald s'approche d'une grotte et voit une énorme mère ours avec son petit sur le dessus qui, aux yeux de Donald, se transforme immédiatement en fourrure à donner à Daisy Duck. Avec des astuces et l'aide d'un gros rocher, il parvient à amener le chiot dans sa hutte, le met sur ses pieds et avec son imagination superpose l'image du chiot avec celle de Daisy Duck en lui donnant un gros bisou. À la réaction du chiot, Donald réfléchit à la façon de le tuer, si avec une hache, en l'empoisonnant ou en le pendant. Il choisit la dernière possibilité; prépare une pile de boîtes avec la corde suspendue à la poutre et attachée à la poignée de porte et demande au chiot de monter avec lui et pendant qu'il essaie de grimper la pile de boîtes, elles s'effondrent et Donald se retrouve avec le nœud coulant autour du cou risquant de être étouffé plusieurs fois. Pendant ce temps, la mère ours se réveille car le rocher que Donald Duck avait placé pour elle à la place du chiot roule sur une patte et, en colère, suit les traces jusqu'à la maison où se trouve le chiot qui tente de s'échapper de Donald. Après une série de gags, le chiot s'approche de sa mère et Donald est catapulté sur le buffet, renversant le pot de miel sur sa tête; la mère ours, sentant l'odeur du miel, commence à lécher, avec le petit, la tête du pauvre Donald Duck.

Donald et Goofy dans le désert des mirages
Donald et Goofy dans le désert des mirages (1947). Les protagonistes de l'histoire, Goofy et Donald, se retrouvent dans le désert en train d'essayer de rejoindre un hôtel au Caire mais leur voiture s'arrête soudainement. L'intervention de Pippo ne fait qu'empirer les choses et les deux doivent continuer à pied sous le soleil du désert. Alors que Pippo ne semble pas se sentir fatigué, Donald est détruit et a besoin d'eau. Mais ce n'est pas un problème car son ami sort une carte du monde qui brûle néanmoins à cause de la chaleur. Pippo trouve un beau bar dans une oasis et demande au serveur une boisson fraîche. Mais alors qu'il s'apprête à boire, tout disparaît et il se retrouve assis sur le sable. Les mirages continuent d'apparaître et de disparaître, rendant fou le pauvre Pippo. Donald voit à la place un bloc de glace frais qui l'attend et s'y précipite, mais cela aussi disparaît pour réapparaître plus loin. Les deux sont en proie à une série d'hallucinations qui les font courir çà et là jusqu'à ce qu'ils atteignent une oasis où se trouve un chameau, vrai cette fois. Les deux montent dessus et s'enfuient le plus vite possible.

Donald House Peintre
"Donald House Painter" (1948). Une abeille flotte avec bonheur parmi les fleurs de la terrasse de Donald Duck lorsqu'elle est dérangée par son chant désaccordé; intriguée, elle entre et le trouve déterminé à attaquer le papier peint. À sa grande surprise, c'est une carte avec de grandes fleurs colorées et elle y est immédiatement attirée. Mais la pauvre abeille ne fait que se cogner dessus et Donald, la remarquant, décide de lui faire une blague. Il l'attire avec une ruse et l'emprisonne dans un pot de colle. La pauvre abeille en ressort plutôt battue parmi les rires de Donald qui la jette hors de la maison et se remet au travail. Mais l'abeille est déterminée à se venger et, revenue dans la pièce par le trou de la serrure, commence à agacer Donald Duck. Les deux s'engagent dans un combat amusant au son des piqûres et de la rancune, de l'un et de l'autre. Le petit insecte coincé avec la piqûre dans un bouchon parvient à se libérer et commence à faire toutes les couleurs de Donald Duck qui à son tour était collé avec de la colle au plafond. Une fois l'adversaire assommé, l'abeille convoque tous ses amis de la ruche qui, d'affilée, sont prêts à piquer les fesses de Donald Duck.

Anniversaire de Donald
En 1949, «l'anniversaire de Donald Duck», les protagonistes sont les trois petits-enfants, Qui, Quo et Qua, qui doivent faire un cadeau pour le quarante-cinquième anniversaire de «l'oncle». Les trois garçons, cependant, n'ont pas un sou et pour faire le cadeau choisi, une boîte de cigares, ils commencent à effectuer une série de tâches ménagères dans le jardin, à la fin desquelles ils présentent l'addition à l'oncle. Donald leur donne l'argent mais les force à le mettre dans leur tirelire. Ici Quo et Qua montrent donc toutes leurs compétences afin de récupérer la tirelire, toujours gênés par leur oncle. Au final, ils parviennent, à travers un jeu d'équipe, à récupérer la somme nécessaire pour pouvoir aller acheter la boîte de cigares mais Donald les vérifie et les voit sortir du tabac avec une boîte de cigares à la main, se méprenant sur les intentions des petits-enfants, décide de les forcer à tous fumer pour leur faire passer le désir de faire certaines farces; à la fin, cependant, prenant la boîte en main, il trouve la carte de voeux et se rend compte de l'énorme erreur commise, devenant de plus en plus petit et disparaissant ainsi de la vue de ses petits-enfants. Quand les apparences sont trompeuses!

Donald Duck est Copyright © Walt Disney, et sont utilisés ici à des fins cognitives et informatives.

Autres ressources sur Donald Duck
Coloriages Donald Duck
Jeu en ligne Donald Duck
Les photos de Donald Duck
Donald Duck
Jouets Donald Duck
Bandes dessinées de Donald Duck
Albums et autocollants de Donald Duck
Articles de Donald House
Vêtements Donald Duck
Jeux vidéo de Donald Duck
  Festival de dessins animés Disney dédié à Donald Duck


francesearabeChinois simplifié)croateDaneseolandaisfinlandeseFrançaisallemandGrecquehindiitalienJaponaisCoréennorvégienPolaccoPortugaisroumainRussoEspagnolsuédoisfilippinajuifindonésienslovaqueucrainoVietnamienHongroisethaïlandaisturcpersan