dessins animés en ligne
Dessins animés et bandes dessinées > Film d'animation > Films d'animation japonais -

Arrietty

Arrietty
,war Studio Ghibli

présentation
"Karigurashi no Arrietty", en Italie "Arrietty - le monde secret sous le plancher", est le dernier long métrage d'animation né de l'art graphique habile du Studio Ghibli inspiré du roman pour enfants de Mary Norton, réalisé par une nouvelle venue de trente-six ans , Hiromasa Yonebayashi et l'habileté consacrée de Hayao Miyazaki, scénariste d'autres films à succès tels que la ville enchantée ou le château en mouvement de Howl.
Le livre "The Borrowers" (1973), considéré comme l'un des plus beaux romans pour enfants des dernières décennies et dont l'histoire est basée, a déjà inspiré deux autres films: de Walt Disney (Brass Knobs and Broomsticks) et, en 1997, The Rubacchiotti de Peter Hewitt.

Dans le cas d'Arrietty, le lieu déménage de Londres à Tokyo et non dans les années 50, comme dans le livre, mais avec une histoire qui se déroule dans le présent. Malgré cela, l'actualité des thèmes que le réalisateur met en avant à plusieurs reprises reste inchangée, tout comme son attention à l'écologie et à l'environnement.

Le film frappe le spectateur, dès les premières séquences, pour l'équilibre des dessins, la perfection de l'animation et des paysages combinés avec maîtrise à la musique et à la voix de la chanteuse Cécile Corbel qui parvient à exciter le public, notamment dans les moments fondamentaux de la histoire.

Arrietty a d'ailleurs déjà remporté le prix du meilleur film d'animation lors de la 34e édition des Japan Academy Awards.

Les salles italiennes s'apprêtent à accueillir ce film, déjà record au box-office au Japon et présenté en première sous-titrée au Festival de Rome en 2010. Lucky Red distribuera le dessin animé le 14 octobre.

Outre les graphismes magnifiques, la bande-son particulièrement raffinée et la douceur de l'intrigue, en prêtant un peu plus d'attention, vous vous rendez compte à quel point le dessin animé est capable de véhiculer des valeurs et d'attirer l'attention sur les thèmes les plus importants de cette période. En effet, l'importance de l'amitié émerge, mais aussi des enjeux sociaux profonds comme une référence claire au consumérisme, soulignant la nécessité d'emprunter et de réutiliser ce dont les autres n'ont pas besoin, sans forcément avoir recours à l'argent pour acheter le superflu, ou l'importance de la maison, ainsi que la peur du différent qui doit être surmontée par le dialogue et la communication.

Arrietty parmi les feuilles
,war Studio Ghibli

L'histoire:
À Koganei, une ville non loin de Tokyo, vit Arrietty, une jeune fille de 14 ans, avec sa famille. Ce pourrait être une histoire normale sans le fait que ce ne sont pas des hommes, mais des êtres d'un peu plus de dix centimètres de haut qui vivent cachés dans les maisons des hommes, sous les planchers, mangeant leurs restes et volant, voire empruntant. , des objets laissés sans surveillance pour survivre. Arrietty est donc une «rubacchiotta». Mais en réalité ces curieux personnages ne volent pas, ils utilisent plutôt des objets qui autrement resteraient inutilisés. Ils ont une maison meublée avec tout ce dont vous avez besoin, les clous sont leurs escaliers, un morceau de sucre peut durer des mois et les propriétaires ne remarquent pas leur présence, ils sont si discrets et silencieux.
Une vie faite d'efforts et de travail, celle des rubacchiotti, toujours avec le danger de perdre tout ce qu'ils ont à peine conquis, leur maison, la maison. Une métaphore de la condition humaine, d'ailleurs.
Arrietty, le protagoniste, est une fille solitaire, qui passe son temps parmi les feuilles, les fleurs et les gouttes de rosée et sa vie s'écoule tranquillement jusqu'à ce qu'un événement soudain change tout et qu'elle découvre la vraie valeur et le sens de l'amitié. .
Sho, est un garçon presque du même âge qu'Arrietty, atteint d'une maladie cardiaque, qui en raison de sa mauvaise santé est obligé de quitter le Tokyo chaotique et bruyant pour la maison de campagne plus calme de sa tante âgée, où vivent les rubacchiotti.

Arrietty et sa chambre
,war Studio Ghibli

Arrietty a une pièce colorée pleine de choses trouvées, mais elle se sent inutile et inadéquate car elle aimerait enfin aider son père, Pod, à «arracher» (c'est-à-dire à chercher) des objets et de la nourriture laissés par les humains.
Ainsi, par hasard, la rencontre entre les deux a lieu. Par manque d'expérience, la jeune fille met en péril sa sécurité et celle de sa famille en laissant Sho découvrir "le monstre", qui la voit comme elle a l'intention d'emprunter un de ses mouchoirs posés sur la table de chevet.
Pourtant Sho n'a pas peur, la diversité d'Arrietty ne l'inquiète pas du tout, en effet. Et même la fille après un premier moment de perplexité, également à cause de tout ce que ses parents lui avaient dit sur les humains, comprend que Sho ne peut pas et ne veut pas lui faire de mal.
Cette rencontre soudaine déchaîne cependant la terreur chez les parents de la jeune fille, et surtout chez sa mère, Homélie (Casilia), une femme effrayée, toujours agitée mais femme au foyer et épouse irréprochable.

Arriety rencontre Sho
,war Studio Ghibli

Arrietty se rend immédiatement compte qu'il peut faire confiance à Sho et une amitié intense et tendre commence entre les deux. Ce sont, en fait, deux caractères aussi différents en taille que similaires en caractère. Sho est seule et sans amis, comme Arrietty, obligée de vivre, au milieu de mille dangers, seule avec ses parents, ne rencontrant jamais de pairs avec qui jouer ou discuter. La peur des différents s'évanouit comme par magie et les deux apprennent à communiquer, à se raconter leurs peurs et leurs espoirs, presque comme si la différence de taille et l'interdiction absolue d'être vu par les humains n'existaient pas.
L'amitié et la compréhension mutuelle leur apprendront à ne pas avoir peur, à la fois de l'opération sérieuse que Sho devra bientôt subir et du monde menaçant qui plane sur Arrietty.
La réalisatrice a également pu montrer, avec une grande capacité d'expression et d'animation, la façon dont Arrietty voit le monde qui l'entoure. Une manière complètement différente de la façon dont nous sommes habitués à le voir. Voilà que la goutte de rosée, une feuille, une fleur prennent une importance et une valeur différentes vues d'une hauteur de 10 cm, un chat ou un oiseau peuvent être des ennemis redoutables. Ainsi l'histoire se déroule pendant une heure et demie entre situations comiques et événements tendres et émouvants, soulignée par la musique de Cécile Corbel, sans jamais pour autant devenir ennuyeuse. Jusqu'à ce que nous arrivions à la finale nullement évidente, ce que nous ne dévoilerons évidemment pas pour ne pas gâcher la surprise.

Yonebayashi réussit sans aucun doute son intention: frapper avec la perfection de l'animation, bouger avec la grâce et la douceur de l'histoire et, surtout, faire réfléchir le spectateur sur celles qui sont les valeurs les plus importantes transmises par ce film.


,war Studio Ghibli

Curiosité:
La bande originale a été éditée par la chanteuse française Cécile Corbel qui semble avoir expressément demandé à être choisie pour cette production. Dans une lettre aux studios Ghibli, Corbel a en effet expliqué comment leurs œuvres avaient toujours inspiré ses chansons en joignant un CD test. Après une série de contacts et neuf versions de test de «Arrietty's Song», la dixième a été définitivement favorisée par Toshio Suzuki, le producteur, qui a choisi Corbel comme auteur et interprète officiel de la musique du film. Ses sons sont d'inspiration celtique et sont parfaitement adaptés au monde féerique et rêveur du Cartoon. Le cd est sorti au Japon en juillet 2010 et contient 22 titres qui soulignent les passages saillants du film. Sur iTunes, ce fut un succès instantané. Parmi les chansons, nous nous souvenons de la chanson d'Arrietty (également en version instrumentale); Sho's Song (version instrumentale); The Neglected Garden, I Will Never Forget You, Our House below (également version instrumentale), Tears in my Eyes ou Goodbye My Friend (version instrumentale).

L'imagination de Mary Norton a créé ces étranges créatures, protagonistes de cinq histoires, dans les années 50. Ses personnages sont identiques aux êtres humains en apparence, en sentiments et en langage. Pourtant, ils sont petits, presque invisibles et contraints de vivre sous les humains, dans leurs sols, mangeant et vivant avec ce qu'ils oublient parce qu'ils n'en ont plus besoin. Ils ne peuvent pas avoir de contact avec eux, sinon ils seraient forcés de quitter cette maison et de déménager dans les bois à l'extérieur et dans le froid. La période pendant laquelle ces livres ont été publiés a été caractérisée par des difficultés économiques pour de nombreuses familles, auxquelles l'histoire semble se référer dans plus d'un passage. Pourtant, après 60 ans, rien ne semble avoir changé ... l'histoire est d'actualité, ainsi que les problèmes de survie, la nécessité de renoncer au superflu ou la beauté de pouvoir partager avec les autres ce dont vous avez besoin. Nous devrions réfléchir….
En Italie, la série de livres «la saga Sgraffignoli» a été publiée aux éditions Salani.

Il semble que Hayao Miyazaki rêvait de produire un film d'animation avec l'histoire des Sgraffignoli depuis l'âge de 20 ans, après avoir lu la traduction japonaise des livres de Norton. Après 40 ans, il a finalement présenté son projet et l'a transposé au Japon aujourd'hui. Un rêve qu'il a réussi à réaliser après avoir récolté des succès continus avec ses précédents films qui ont rapporté des millions de yens. Sur le web, le succès a été immédiat alors que les sites et les blogs qui parlent du film se sont multipliés. Il ne reste plus qu'à attendre le résultat sur le public italien, même si de nombreux fans du genre attendent avec impatience cet événement.
Pour tous ceux qui, bien que n'étant pas experts dans ce genre de film, ont été intrigués à la lecture de cette critique, il est nécessaire d'écrire également quelques lignes sur Studio Ghibli.
C'est un studio de production cinématographique japonais spécialisé dans l'animation et fondé par Hayao Miyazaki lui-même en 1985. Il y a eu de nombreuses créations au fil des ans, dont la plupart sont inconnues du grand public. Mais des films comme «Tales of Terramare», «Howl's Moving Castle» ou «The Enchanted City» sont arrivés dans les cinémas italiens, qui ont certainement reçu la faveur du public et pas seulement des amateurs de manga.

source: www.cartonionline.com

FEUILLE DE FILM
Date de sortie en Italie: 14/10/2011
Production: Studio Ghibli,
Distribution: Lucky Red
Genre de film: Animation; Fantaisie
Pays: Japon
Année: 2010
Durée: 94 Min
Réalisateur: Hiromasa Yonebayashi
Écrivain: Hayao Miyazaki
D'après un roman de: Mary Norton
Bandes sonores-textes et musique: Cécile Corbel

Acteurs de voix italiens:
Arrietty: Giulia Tarquini
Sho: Manuel Meli
Papa Pod: Luca Biagini
Homélie mère: Barbara De Bortoli

DVD Arrietty

Les images d'Arrietty

<

Tous les noms, images et marques déposées sont sous copyright Studio Ghibli / Lucky Red et des titulaires des droits et sont utilisés ici exclusivement à des fins informatives et informatives.

francesearabeChinois simplifié)croateDaneseolandaisfinlandeseFrançaisallemandGrecquehindiitalienJaponaisCoréennorvégienPolaccoPortugaisroumainRussoEspagnolsuédoisfilippinajuifindonésienslovaqueucrainoVietnamienHongroisethaïlandaisturcpersan